Ton utérus n'est pas ton ennemi !

Dernière mise à jour : 24 mars

Ce n'est pas ton destin d'avoir mal toutes les lunes !


Je ne compte plus les fois où j'ai entendu en consultation "oui j'ai mal quand j'ai mes règles, mais ça c'est normal".


Non, non, NON. Ça n'est pas normal d'avoir mal pendant ses règles !

 

Il faut comprendre pourquoi les règles peuvent être douloureuses et/ou abondantes :


L'utérus n'a pas uniquement pour fonction d'être un nid pour un éventuel bébé, c'est aussi un émonctoire secondaire. C'est-à-dire que si les toxines ne peuvent pas être éliminées par les selles et les urines, l'utérus fait partir des organes qui peuvent prendre le relai.


Donc s'il n'y a pas d'embryon à l'horizon et que ton système génital est assez puissant, hop!, il en profite pour vider les poubelles qui sont en attente. L’utérus va donc filtrer la lymphe circulante, et si elle est chargée d'acides, ça va être douloureux !



Petit zoom sur la lymphe :


Notre système lymphatique à pour cœur notre thymus, qui est relié à Anahata, notre chakra du cœur.


En ayurvéda, on associe le chakra du cœur aux centres des émotions, l'amour de soi et d'autrui, l'empathie, notre capacité à se liés aux autres, à être indulgent, etc.


Il est donc compréhensible que lorsque que notre lymphe circulante se charge de toxines dans le but de préparer une élimination, bien on aura à cœur d'aller vers ses mêmes toxines, et l'on aura toujours les idées, les envies, et les états d'âmes de notre lymphe !


D'ailleurs "humeur" était le petit nom que l'on donnait à notre lymphe, bien avant que l'on comprenne comment fonctionnaient tout ce système, alors lorsque tu es de bonne ou de mauvaise humeur, tu comprends mieux pourquoi !


 

Mais alors, comment on fait pour ne plus subir ses règles ?

 

I/ L'alimentation


On ne le répétera pas assez : l'alimentation est ton premier remède (coucou Hippocrate) !

Adopter une alimentation vivante et végétale permet d'éliminer les acides et les colloïdes responsables des troubles de santé. Voici les aliments à éviter :

- les excitants : café, thé, alcool, chocolat, tabac, sucre raffinés,

- les aliments pro-inflammatoires : viandes (rouges et blanches), produits laitiers (même de brebis et de chèvres), fritures, œufs, produits ultra-transformées, crustacés, etc.

- Les aliments colloïdaux : céréales cuites (pains, pâtes, riz, etc), légumineuses cuites, tubercules cuites.


Généralement, les personnes souffrants de douleurs menstruelles/d'endométriose vont se tourner vers les produits acidifiants (dans la majorité des cas, c'est les produits laitiers et/ou les sucres rafinés et/ou l'alcool), particulièrement pendant les SPM (souviens-toi : on a toujours les idées et les envies alimentaires de sa lymphe circulante !)

Si l'on aide le corps à soutenir le nettoyage de sa lymphe, les grosses envies de raclettes ou de barres chocolatées pendant le SPM vont s'envoler au fur et à mesure et laisser place aux envies de fruits et aux légumes qui dont votre corps à le plus besoin 🥝🍍🍉🍅🥑🍎🍐

Si on apporte des aliments vitalisants, nourrissants, et alcalinisants, ne serait-ce que quelques jours avant les règles, il y aura une diminution significative des douleurs menstruelles, et les SPM ne seront qu'un mauvais souvenir !




II/ Soutenir l'élimination du corps


Ne plus subir ses règles, c'est aussi comprendre le travail de son corps et le soutenir dans son processus de nettoyage. Les purges sont les premiers outils pour faciliter l'élimination, certaines d'entre-elles sont utilisées depuis la nuit des temps, et ce, partout dans le monde. Pour connaître les purges qui te conviendraient le mieux et avoir un protocole personnalisé, ça se passe ici.

Les plantes sont aussi une aide précieuse. Voici quelques remèdes qui peuvent vous aider :


  • Huile essentielle d'anis (Pimpinella anisum)

- 35 gouttes d’huile essentielle d'anis,

- 30 ml d’huile végétale pénétrante : jojoba, noyau d'abricot ou chanvre,

Mélanger le tout dans un flacon avec une pipette, et en appliquer sur le bas ventre.


Propriétés : Mimétique des œstrogènes, emménagogue, antispasmodique, carminative (lutte contre les fermentations intestinales)


  • La teinture mère de pimbina (Viburnum opulus)

Antispasmodique dans les cas de crampes et spasmes, dont les crampes utérines.

Prendre 2ml dans un peu d'eau, 4 fois par jour.

Propriétés : astringente, antispasmodique.


  • Tisane de fleurs d’hibiscus (Hibiscus sabdariffa)

Une cuillère à café de fleurs séchées pour une tasse (200-250 ml)


Elle peut être prise sous forme d’infusion à raison d’un minimum de 3 grammes par tasse d’eau à laisser infuser 20 minutes. Vous pouvez ajouter un peu de miel ou de sirop d’érable pour l’adoucir. Elle peut être prise à raison 3 ou 4 tasses par jour.

Propriétés : anti-inflammatoire, antalgique, antispasmodique, relaxant des muscles utérins.


  • L'hydrolat de cyprès (Cupressus sempervirens)

5 cuillères à soupe d'hydrolat par 1,5L d'eau, à prendre pendant 3 semaines.


Propriétés : Harmonisant des fonctions d'élimination, mimétique des œstrogènes (apaise les symptômes pré-menstruels), renforce la flore intestinale et vaginale, facilitant la digestion et l'élimination, aide à détoxifier l’organisme.




Tu souhaites retrouver un confort menstruel et te réconcilier avec ton utérus et le reste de ton corps ? Tu peux prendre rendez-vous pour une consultation juste ici.


 

"Quand quelqu'un désire la santé, il faut d'abord lui demander s'il est prêt à supprimer les causes de sa maladie. Alors seulement est-il possible de l'aider." - Hippocrate

300 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout